Les pères Duten

Pourquoi Sainte Rose de Lima ?

Père Dominique Duten

Père Dominique Duten (Marie-Emmanuel)

Père Dominique Duten (Marie-Emmanuel)

En août 1990, jeune frère et futur prêtre, je fus envoyé au Pérou par ma communauté religieuse en vue d’une fondation à Lima.

La misère extrême qui existait dans ce pays me toucha très vivement. Des enfants venaient jouer devant notre maison ; ils étaient nos voisins. En face de chez nous, une soixantaine de personnes vivaient entassées dans des baraquements recouverts de toits en carton.

Un matin, une petite fille vint chercher de l’eau dans notre jardin ; ensuite, tous les jours, avec son petit seau on la voyait nous rendre visite. J’appris qu’elle avait 5 ans, qu’elle s’appelait Sara, et que sa maman venait de mourir sous ses yeux d’un cancer…

Il ne fallut pas longtemps pour que ses sœurs et cousines viennent à leur tour chez nous. Au début, ces enfants partageaient notre repas de midi ; ensuite elles vinrent aussi le soir…

Enfin, avec l’approbation de ma communauté, je demandais à leur papa la permission de prendre les enfants sous notre responsabilité. Très vite j’ai eu à cœur de m’occuper de ces fillettes : les nourrir, les vêtir correctement, les envoyer à l’école.

Depuis ce temps, notre association a toujours été active dans sa mission.

Père Jean-Jacques Duten (Maximilien-Marie)

Père Jean-Jacques Duten (Maximilien-Marie)

Père Jean-Jacques Duten (Maximilien-Marie)

Plus tard, la création d’un parrainage d’enfants s’avéra nécessaire afin de subvenir aux besoins d’autres familles pauvres venues rejoindre notre groupe.

Mon frère et moi remercions tous nos amis de France ainsi que nos parents de nous avoir aidés jusqu’à ce jour, pour le bien de ces petits !

[espro-slider id=49]

 L’aventure commence…

Nous n’étions pas très riches et parfois l’argent manquait.

En 1992, mon frère Jean-Jacques séminariste également, vint au Pérou pour mon ordination diaconale. Il prit conscience de mon engagement envers les enfants.

Lorsque nous venions voir nos parents en France, le curé de la paroisse nous permettait de faire quelques quêtes le dimanche. C’est ainsi qu’en 1993 naquit l’Association Sainte Rose de Lima sous l’impulsion de bonnes volontés désireuses de nous aider.

Lorsque je partis au Mexique pour une nouvelle fondation, mon frère prit la relève au Pérou et aussi en France. De nombreuses familles pauvres comptaient sur nous.