2015

 

 




Ta croix

Croix grandissante, image de mon Dieu,
Couchée et inclinée d’une auguste beauté,
Tu nous laisses encore le message de Ton dernier adieu,
Et Ta voix silencieuse résonne pour l’éternité.

Croix envahissante de Ta divine majesté,
Vivant encore dans Ton visage endormi,
Quand vient le dernier soupir pour Ton humanité
Et recevoir de Tes lèvres le chant de Ta lente agonie,

Croix bienheureuse, adorée par les saints
Eteins nos passions, que l’amour ressuscite,
Viens nourrir nos entrailles de l’adorable pain,
Soleil qui se couche sur les hommes pour la dernière visite.

Croix lumineuse pour un ultime baiser
Réconfort de nos âmes avant le dernier envol
J’avance mon être timide sur Ton cœur embrasé
Pour y boire le vin de la divine Parole.

Croix adorable, tu attires à Toi toutes les souffrances,
Et adoucis le séjour de notre passage en ce monde.
Reçois nos cantiques quand passe le pardon des offenses,
Nous serons par nos chants, comme une moisson féconde.

Croix enivrante dressée pour sauver l’âme humaine,
Je Te contemple et Tu m’élèves jusqu’aux Cieux.
Remplis ma coupe et qu’elle soit toujours pleine,
Ma prière incessante à Ton Temple Glorieux.

Croix victorieuse, ombre étendue sur toute créature
Protège les pèlerins de Ta Divine Image,
Tu règnes, Divin Roi, sur toute la nature
Eclaire notre pensée de Ton Céleste Visage.

Père Jean-Jacques




Messe de guérison




Visitation

Icone de la vierge de la communauté de l’Emmanuel

Heureuse qui a cru pour que s’ouvre les portes de La Providence
Humble servante au sourire de l’enfance,
Joyeuse rencontre de l’Eternelle Présence,
Louange des pauvres délivrés de l’offense.

Visite les hommes, bénie entre toutes les femmes ;
Ils te cherchent inconscients, qu’ils retrouvent la flamme.
Relève les accablés, Qu’ils se tournent vers Dieu,
Mère de Mon Seigneur qui règne dans les cieux.

Pèlerins égarés d’une vie malmenée,
Que tressaille l’Esprit en nos coeurs pardonnés.
Souviens-toi de l’exil de tes enfants sans nombres,
A ceux qui te prient, couvre-les de ton ombre.

Père Jean-Jacques




Deuxième dimanche du temps ordinaire – Année A

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde». Jean 1, 29

2ème Dimanche du temps ordinaire, année A – Jean 1, 29 -34

Avec Jean le Baptiste nous rendons grâce pour Celui qui est l’Agneau sans tache et qui a pris sur Lui le péché du monde.
C’était la volonté de Dieu : « Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre » ( 1ère lecture). Alors qu’on lui reprochait de prendre place parmi les pécheurs, Jésus déclara : « je suis venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 10 ;19). N’est-Il pas Celui qui vient nous chercher là où nous sommes, pour nous proposer une autre vie ? Isaïe avait annoncé « un libérateur ! un sauveur ! » mais le Christ vient comme un homme, innocent comme l’agneau qui s’offre à l’abattoir. En Lui nous avons la guérison, le pardon de nos péchés et la consolation dans nos vies.
Mais nous sommes devenus indifférents à ses avances. Nous les regardons de haut, car nous pensons ne pas avoir besoin de Lui. Nous croyons être de bons chrétiens préservés du pire, et cela nous suffit ; nous recevons la communion, mais nos cœurs restent de pierre. Nous écoutons l’Évangile mais les paroles glissent au-dessus de nos tête et nous continuons de condamner les hommes et le monde. Nous ne crions plus vers Dieu pour implorer sa miséricorde (Ps 18 ;6) !
Si nous ne faisons rien, la vie deviendra grise, triste et inutile.
Jean baptiste nous montre L’Agneau capable de nous relever et qui nous donne son Esprit d’Amour, de Lumière et de Joie. Contemplons le Christ qui vient à nous et accueillons sa Parole qui nous change et transforme nos manières de penser et de vivre (Rom 12,2). Prions et supplions Dieu pour vivre remplis de son Esprit et alors nos cœurs s’enflammeront et nos vies deviendront comme un feu lumineux pour tous les hommes !

Père Jean-Jacques




L’eucharistie

Nous voilà invités à une communion intime, à une réciprocité d’Amour. C’est un appel à vivre une rencontre et à partager un Amour sans limite.

Après le commandement nouveau, le lavement des pieds, il y a l’Eucharistie. Il faut aimer et pouvoir l’exprimer parfois, en s’abaissant pour partager le Pain rompu de l’Eucharistie (Jn 12, 26). « Vous me suivez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez été rassasiés. »

« IL EST LA «  disait le curé d’Ars, en montrant la Sainte Hostie !

L’Eucharistie, c’est le royaume de Dieu au milieu de nous. Nous vivons dans un monde où ce qui est sacré est mis à l’écart. L’Eucharistie est ce qu’il y a de plus violent à notre foi et à notre intelligence ; il nous faut un coeur humble pour adorer Dieu dans l’Hostie et communier à cette table divine où il n’y a plus que la faim de Dieu et le désir intime d’être avec Lui. « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis, et vous êtes mes amis » dit Jésus (Jn 15, 15).
Il faut s’approcher de la Table, non parce que nous sommes invités, mais parce qu’Il nous le demande comme un Ami…

Père Jean-Jacques Duten




Parrainer un enfant

ngg_shortcode_0_placeholder » ngg_triggers_display= »never » order_by= »sortorder » order_direction= »ASC » returns= »included » maximum_entity_count= »500″]

 

 

Association Sainte Rose de Lima

 

Bonjour à tous,

Depuis plus de vingt ans maintenant, les Pères Dominique et Jean-Jacques, tous deux missionnaires à cette époque et confrontés à la grandes pauvreté des familles qu’ils rencontraient,  ont fondé notre association Sainte Rose de Lima. Depuis, nous essayons au mieux de contribuer aux besoins de chacun ; les premières nécessités mais aussi la santé et la scolarité indispensable pour que les enfants puissent envisager un avenir.

Nous sommes très impliqués au sein de cette association et ces familles ont besoin de nous : Un frigo à remplacer, des médicaments, une opération chirurgicale…etc.

Grâce à vos dons, nous les aidons matériellement mais ils se sentent aussi soutenus moralement et spirituellement.

Connaissant les problèmes liés aux trafics et à la corruption, nous voulons aussi élargir notre mission auprès de communautés pour enfants qui rencontrent de graves difficultés notamment  au Mexique et au Pérou.

Nous devons garder notre bonne volonté et surtout un cœur ouvert pour ces familles, ces enfants……. Nos frères !

Merci ! Nous comptons sur vous comme vous pouvez compter sur nos prières.

Muriel Duten

Vous pouvez choisir de faire un don ponctuel ou permanent directement en ligne à partir de votre compte bancaire avec:   Nos coordonnés bancaires.  Dans ce cas, merci de nous nous envoyer un MAIL  avec votre adresse postale et votre adresse mail.

OU BIEN

Je télécharge un des formulaires ci-joint:

 

Je fais un don ponctuel Je fais un don permanent
 

Formulaire de don ponctuel pdf

 

 Formulaire d’ordre permanent pdf 

 

Les reçus fiscaux (à partir de 30€) de l’année écoulée seront envoyés au mois de Mars.

Si je fais un don permanent, J’envoie un mail  pour nous prévenir afin que nous puissions vous enregistrer comme donateurs. Enfin si vous souhaitez des renseignements supplémentaires, appelez-nous au 05 56 22 19 94.

 



Aujourd’hui, je décide de changer de vie !

Nous jouons souvent avec Dieu. Nous passons du temps à nous vider de Lui, jusqu’à sentir le vertige et la nausée de notre pauvre condition humaine !
Alors nous revenons vers Lui avec « des cris, des pleurs et des hurlements ».
Ce sont alors des grands moments de prière où nous sommes sincères avec Lui.
« Priez en vérité « dit Jésus. Dieu cherche en nous ces moments de vérité, parce qu’Il nous aime et nous connaît tels que nous sommes.
Quand nous accueillons ces moments de deuil et revenons à Dieu de tout notre cœur, nous découvrons alors une louange plus profonde. Notre reconnaissance est plus puissante, et souvent s’accompagne de signes, de guérisons et de consolations.
Nous prions avec foi, et nous voyons Dieu faire des merveilles
« Car il est bon Le Seigneur et sa fidélité est de toujours à toujours ». (Ps 100, 5)

Père Jean-Jacques




Lettre du mois de Mai 2015

Le Muy, 14 Mai 2015

Chers amis,

Ce mois de Mai est tout spécialement dédié à Marie. Il est un rappel que le cœur d’une mère continue de battre pour son Fils. « Faites comme il vous dira » (Jn 2,5). C’est par cette parole que la Sainte Vierge nous conduit à son Fils. Elle nous montre l’obéissance libre, et la foi en sa Parole (Luc 1, 38). C’est là que s’accomplissent les plus grandes choses. « Médiatrice de toutes grâces » selon la célèbre maxime de St Bernard : « Dieu voulut que toute la grâce, nous l’ayons par Marie »« Elle est le cou de notre tête, à travers lequel tous les dons spirituels sont communiqués au corps Mystique », écrivait encore St Bernardin. « Comme par son intermédiaire, Dieu est descendu jusqu’à nous ; ainsi, il est nécessaire que par ce même intermédiaire nous montions jusqu’à Dieu » selon St Bonnaventure.

J’aime pendant ce mois, reprendre le rosaire, les litanies au cœur immaculé de Marie, et d’autres prières simples où je peux m’approcher de son cœur maternel avec la confiance d’un enfant qui remet tout à sa mère. Confions-nous, à chaque heure, et à chaque moment, à la Mère de grâce, et ne permettons pas qu’elle puisse se plaindre, comme nous le dit sainte Catherine Labouré, d’avoir les mains pleines de grâces à donner, que nous ne voulons pas, ou que nous ne demandons pas.

Avec Marie, vivons dans l’amour, confions-nous à elle avec cette belle prière de Saint Bernard :

« Souvenez-vous, Ô Vierge toute pleine de bonté que jusqu’à ce jour, nous n’avons point entendu dire qu’aucun de ceux qui se sont mis sous votre protection, qui ont réclamé votre intercession, et imploré votre secours,
n’aient jamais été abandonnés.

Animés de la même confiance, Ô Reine des vierges, Ô ma Mère, nous courons vers vous, et gémissant sous le poids de nos péchés, nous nous prosternons à vos pieds.

Ô Mère de notre Dieu, ne dédaignez pas notre prière, mais soyez-nous propice. Amen. »
Père Jean-Jacques Duten




Quatrième dimanche de l’Avent

Quatrième bougie : la paix et la justice avec les prophètes.

4 ème Dimanche de l’Avent, année A, Matt 1, 1-17

« Car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés »

L’Évangile commence comme un beau conte raconté près d’un feu de cheminée :« Voici comment fut engendré Jésus-Christ… »

Mais quand l’Esprit vient s’insérer dans nos histoires, c’est le départ d’une aventure que Dieu lui-même décide de mener à terme. Face à la loi qui prescrit la lapidation (Deut 22,22), Joseph, le « juste », choisit la voie plus discrète de « l’éloignement ». Mais le plan de Dieu est infiniment plus grand et dépasse tellement toutes nos lois et nos vues, même les plus sages. C’est l’expérience de notre impuissance humaine et de la toute-puissance de Dieu qui ouvre un nouveau chemin possible, alors que tout paraissait sans issue. « Tu lui donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire le Seigneur sauve ».
Joseph – (en hébreu : l’Éternel ajoute, Gen, 30,24), devient acteur et instrument du plan divin. Étonnante sagesse de Dieu qui se rend dépendant du bon vouloir de l’homme pour réaliser ses desseins de miséricorde et de salut. Charles Péguy faisant parler Dieu écrit : « Les événements, c’est moi. C’est moi qui vous caresse ou qui vous rabote. Chaque heure, chaque événement, c’est moi. C’est Moi qui vous aime…, n’ayez pas peur ».

Comme Marie, appelée par l’Ange, Joseph devra écouter la voix de Dieu et apprendre à être un père selon le cœur du Père. Rien de logique et de sage dans tout cela. Folie de Dieu qui heurte nos bonnes idées sur l’éducation chrétienne et renverse nos plans et nos stratégies humaines. Difficile compromis entre notre liberté et l’initiative de Dieu. Il donne à l’homme sa confiance mais ce n’est pas toujours la réciproque.

Nous ne sommes pas favorables à cette « main de Dieu » qui conduit notre destin et nous faisons obstacle à sa divine volonté chaque fois que nous nous obstinons. L’humble Joseph nous enseigne à bien choisir et à préférer l’obéissance inconfortable à Dieu qui, depuis les origines, s’est fait le compagnon de l’homme qu’Il aime plus que tout autre créature ; en effet « rien ne nous séparera de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Rom 8,37).
Il faut accueillir humblement chaque jour Sa Providence qui « veille à nos besoins, avant même que nous le lui demandions » (Mat 6, 8).

Père Jean-Jacques

Télécharger l’homélie