SOLENNITÉ DE L’ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR Mt 2, 1-12

Évangile (Mt 2, 1-12)

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. » Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

 

 

Commentaire du Père Jean-Jacques                   Télécharger le texte

  

« Elle est venue la Lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi » (Isaïe 60,1)                                                                                                 

                

 

    Ils marchent vers la lumière, guidés par l’Esprit et ils arrivent de toutes les nations.  A travers les mages, ce sont les trois continents (l’Asie, l’Afrique, l’Europe) qui découvrent le Sauveur des nations. 

   « Où est le Roi des juifs, qui vient de naître » ?

   Nuit et jour ils ont cherché La Lumière. « les trésors de l’au-delà des mers afflueront vers Toi »

(1° lecture). C’est bien à toute l’humanité et à toutes les nations que le Christ est né. Nous aussi, nous  voulons le voir, le rencontrer, le connaître et demeurer avec Lui, car Il est notre unique espérance en ce monde . 

  « Ils se réjouirent d’une grande joie ».

  Que cette vie peut être triste quand Dieu est mis à l’écart, ou qu’Il est oublié. Que de désespoir et de peine là où est ignoré le Christ, le bon berger et le pasteur des nations. Venons apporter Sa joie au monde ; crions la victoire,  allons répandre l’Amour du Roi-Sauveur dans nos quartiers, nos villes et en tous lieux.

  « Tombant à ses pieds, Ils se prosternèrent devant Lui ».

  Nous sommes venus aujourd’hui l’adorer, le remercier d’être descendu jusqu’à nous, et nous souhaitons rester à jamais fascinés par Sa présence. Il est en nous  au point que nous ferons tout avec Lui et en Lui. Désormais, Il habite toutes nos pensées et toutes nos œuvres ; nous l’acclamons par nos voix et nos chants , Alléluia !

                                                                       Père Jean-Jacques Duten

 

 

  

 




LA SAINTE FAMILLE DE NAZARETH LUC 2,22-40

Commentaire audio du père Jean-Jacques




IL VIENT POUR NOUS SAUVER; C’EST NOËL! LUC 2,1-14

Évangile (Lc 2, 1-14)

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » 

Homélie audio du père Jean-Jacques

 




COMBLÉE DE GRÂCE LUC 1,26-38

Homélie audio du père Jean-Jacques




UNE BONNE NOUVELLE NOUS EST ANNONCÉE!

4ème DIMANCHE DE L’AVENT, année B  Luc 1, 26-38 

Évangile (Lc 1, 26-38)

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Commentaire du père Jean-Jacques          Télécharger le texte

                              Dieu vient au milieu des hommes,

                                                           « Car rien n’est impossible à Dieu ».

    Le Père ne pouvait pas garder plus longtemps ce trésor. L’homme devait retrouver sa dignité perdue, car Il vient de Dieu. Il n’est pas possible qu’Il survive loin de son Créateur car il est le sommet de la création (Gen 1 ;2), et tout lui appartient. Il s’était égaré, trompé par la faiblesse de sa volonté propre ; Il retrouve maintenant le chemin qui le conduit à Dieu pour entrer dans le sein de la Divine Volonté. Mais ce chemin unique passera par l’humanité pure de cette jeune fille de Nazareth, dont le nom était Marie ».

Avec Elle, Dieu réalise un prodige, qui est en fait l’histoire de Son plan sur les hommes et de Ses promesses éternelles.

« C’est moi qui te ferai une demeure et rendrai stable ta royauté » (1°lecture). Dieu prend l’initiative et montre qu’Il tient ses promesses ; Il faut y croire et garder confiance. C’est rabaisser Dieu que de mettre en doute sa toute-puissance qui règne sur tout l’univers.

« Tu as trouvé grâce auprès de Dieu » C’est le choix merveilleux de Dieu d’avoir attendu le consentement libre de Marie. La Divinité sera quelques instants suspendue à la réponse de Celle qui est comblée de grâce et couverte de la puissance du Très-Haut. Dieu veut que l’homme contribue à toutes les merveilles de son amour, même si nous ignorons souvent Sa présence active qui agit en nous et à travers nous. Nous aussi, nous avons le privilège de Lui répondre gracieusement en lui ouvrant largement nos cœurs.

« (Fiat voluntas Tua) Seigneur que tout m’advienne selon ta parole » J’ai souvent cru que cette parole n’était pas réaliste, compte tenu de notre nature méfiante et peureuse. « je ne fais pas le bien que je voudrais et je commets le mal que je hais » (Rom 7 ;19). Mais Dieu n’est-Il pas capable dans Sa Bonté infinie de dissoudre toute la misère de notre nature déchue ? Certainement oui, car « rien ne Lui est impossible » (Gen 18 :14). La foi devient source intarissable d’émerveillement et de joie car la Lumière brille intensément sur tout le créé.

Dieu est né pour être avec nous. Réjouissons-nous ce soir d’être vivants avec Lui et de renaître sans cesse en Lui. Offrons-Lui nos chants, nos prières, nos activités du soir et notre vie toute entière qu’Il vient réclamer pour l’embellir de Son amour. 

                                                                         Père Jean-Jacques Duten

https://static.cybercartes.com/ccimg/images_cc/cc_fl_170101_hd.mp4

 




N’ÉTEIGNEZ PAS LA FLAMME!

Homélie audio du père Jean-Jacques:  St Jean 1, 6-8;19-28




3ème DIMANCHE DE L’AVENT. Année B Jean 1, 6-8;19-28

 

Évangile (Jn 1, 6-8.19-28)

Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

 

Commentaire du père Jean-Jacques                              Télécharger le texte   


Nous sommes déjà aux portes de ce grand événement de la Nativité de Jésus : Noël. Certains d’entre nous ont déjà leur veillée familiale planifiée, tandis que d’autres se retrouveront seuls devant leur crèche avec Jésus, en compagnie de la Sainte Famille. Celui que nous attendons vient « pour guérir les cœurs brisés et libérer les captifs » (1°lecture). Il viendra de toute manière, même S’il n’est pas le bienvenu en ce monde. Dieu ne peut pas se renier Lui même ; ses promesses le trahissent : « Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et celui des fils vers leurs pères » (Ml 3 ;23). Son amour est inconditionnel et il embrasse tous les vivants. Que devons-nous faire ? D’abord : « Réjouissez-vous (..), n’éteignez pas l’Esprit » dit Paul. Il fallait oser l’annoncer, alors que rien ne nous porte aujourd’hui à cette jubilation prophétique. C’est Parce qu’Il vient amoureusement à ma rencontre que mon cœur se réveille pour se réjouir avec tous les saints et tous les hommes de tous les temps. C’est une naissance éternelle que le temps n’arrive pas à oublier… Toute la création n’est-elle pas suspendue à cette naissance ? Il vient naître dans le cœur de tous les hommes et fait régner Sa Divine Volonté. Mais ce prodige risque de passer inaperçu : « au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas » (St jean ) Ensuite : « criez dans le désert ». Comme le cri désespéré de jean Baptiste qui voit déjà poindre la Lumière à l’horizon. Il jubile et souffre dans son âme, car il voit les hommes orphelins dans l’attente de la promesse. Il exulte à la vue du Messie Sauveur, et il pleure déjà pour ceux qui rejettent la Lumière. Nous devons lui ressembler et concentrer nos forces et notre foi pour « redresser le chemin » du Sauveur, en devenant nous-même « des éclaireurs » qui montrent la route et brillent déjà de la Lumière du Sauveur. Car disons-le, Il n’est pas vraiment attendu, et beaucoup ignorent Sa venue. Enfin : Rester dans l’espérance. Les hommes nous interrogent, inquiets, curieux, souvent perdus, et nous sommes provoqués voire forcés à répondre de l’Espérance qui nous habite. Si nous ne nous revêtons pas de Sa présence, nous risquons de priver nos frères de cette révélation lumineuse de Sa Divine Volonté.

  Père Jean-Jacques Duten
                                                            




PAROLE DE DIEU, PRÉPAREZ LES CHEMINS DU SEIGNEUR

Homélie audio du père Jean-Jacques Duten

2ème dimanche de l’Avent




2ème DIMANCHE DE L’AVENT. Année B Marc 1, 1-8

   

 
« Rendez droits les sentiers du Seigneur »

 

Évangile (Mc 1, 1-8)

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

Commentaire du père Jean-Jacques:      Télécharger

     « Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ Fils de Dieu » 

L’Évangile de Saint-Marc commence par cette annonce lumineuse et remplie d’espérance. Jésus-Christ est « vraiment le Fils de Dieu » (Marc 15 , 39) que le monde attend avec impatience. Le Libérateur et le Sauveur de l’humanité.  Il vient « renaître » dans le cœur des hommes et apporte avec Lui la guérison et la Paix. Mais comment accueillir cette Bonne Nouvelle qui veut nous posséder et régner dans notre quotidien ? 

« Il te faut naître d’en haut », disait Jésus à Nicodème. Changer de vie, renoncer à des mauvaises habitudes et repérer ce qui ralentit notre route et rend fade le message de l’Évangile , adopter un comportement nouveau « de sainteté et de piété » (2 P 3,10), pour accueillir La Divine Volonté. C’est-à-dire reconsidérer notre relation à Jésus-Christ et le laisser nous posséder. Nous avons besoin de retrouver le message radical de « cette Parole » qui nous purifie et nous réveille de notre endormissement religieux. Nous ne serons jamais disposés à la recevoir tant que nous ne Lui aurons pas donné nos biens, notre cœur et notre vie. Dieu donne tout généreusement et sans retour et notre vie chrétienne doit passer par ce même chemin du don total.

« La voix qui crie dans le désert ». Quand le cœur est touché et qu’il brûle d’amour, alors la Parole jaillit sans retenue comme un fleuve en crue qui déborde. Il faut devenir cette voix audible que tous les hommes peuvent comprendre, une parole, comme un souffle qui allume les braises encore tièdes, au lieu d’une transmission trop humaine, trop sclérosée, trop ritualiste et trop timide. « alors se révélera la Gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé ».

 
 

                  Père Jean-Jacques Duten

 




Paris samedi 2 Décembre 2017

Assemblée Jésus est vivant!

De 15h à 18h30 à la Basilique Sainte Jeanne d’Arc: 18 rue de la chapelle, 75018 Paris

Avec le père Jean-Jacques Duten et frère Ernest