DIEU NOUS LIBÈRE DU MAUVAIS!

Homélie du père Dominique: Mc 6,7-13

Écrivez nous à: ladivinevolonte@gmail.com si vous désirez soutenir le ministère. Nous avons besoin de vos aides pour continuer et diffuser le message en France et dans le monde, notre mission aide aussi les enfants pauvres en Amérique latine à poursuivre leur scolarité. Merci Dieu vous bénisse. Vous pouvez visiter notre site http://www.sainterosedelima.com




15ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE : année B Marc 6, 7-13

 

 

 

Évangile (Mc 6,7-13)

En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

Commentaire du père Jean-Jacques:          Texte à télécharger

« Il commença à les envoyer en mission deux par deux » 

Le Christ n’a pas beaucoup attendu pour envoyer ses disciples. Il va les chercher puis les envoie dans le monde. Comme pour le prophète Amos . Alors que je n’y pensais pas, Dieu m’a saisi et m’a dit : « Vas, tu seras prophète pour mon peuple » (1° lecture). Cela ne vient pas d’une ambition personnelle ou encore d’un choix de vie, car : « Dieu nous a comme prédestinés à cela pour la louange de sa gloire » (St Paul Eph ; 1 ;5). Nous avons reçu gratuitement « la parole de vérité » qui a touché nos cœurs et nous a donné une nouvelle espérance.

Il nous envoie ensemble, « deux par deux ». Ce n’est pas dans les habitudes de nos paroisses de sortir en binôme à la rencontre des gens pour leur proposer l’Évangile. Ici, le Christ pose clairement les conditions. Nous avons besoin les uns des autres et nous devons nous encourager comme des frères pour aller là où Il nous envoie. Comme cela est triste, quand au lieu de nous apprécier dans nos différences, nous nous regardons avec méfiance en oubliant que nous sommes frères d’une même famille appelés à « témoigner de l’Espérance » qui nous fait vivre.  

« Ne prenez rien pour la route et Il leur donnait autorité sur les esprits ». C’est avec la force de son Esprit (Actes 1 ;8 ) que nous allons vers nos frères les hommes, et nous n’avons besoin de rien d’autre. L’autorité de la foi suffit pour que Dieu agisse à travers nous, afin que s’accomplisse cette merveilleuse parole de Paul : « Car c’est la richesse de la grâce que Dieu fait déborder jusqu’à nous ».  2° lecture ). Notre vie n’est qu’un débordement de cette immense bonté de Dieu qui ne se lasse pas de nous combler généreusement de son amour.

« Ils partirent et proclamèrent qu’il fallait se convertir » Il faut se réveiller pour agir dans ce monde qui voudrait anesthésier nos énergies spirituelles. Il faut bannir les « à quoi bon » dit Bernanos. Repérer les vagues de paresses et de lassitudes qui contaminent notre vie chrétienne et « laisser jaillir l’Esprit » , comme un élan de générosité et d’amour infinis et inépuisables.

                                                                                     Père Jean-Jacques Duten

 

 

 




ASSEMBLÉE DIOCÉSAINE AVEC MONSEIGNEUR RICARD LE SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2018 À BORDEAUX

DISCIPLES MISSIONNAIRES

Le samedi 29 septembre 2018, Mgr Ricard réunira une assemblée diocésaine au Palais des congrès de Bordeaux pour que les actes du synode irriguent l’ensemble de la vie de notre diocèse. Prêtres et diacres en activité pastorale, laïcs en mission ecclésiale, 10 volontaires choisis par le responsable pastoral de secteur, délégués synodaux, responsables des services diocésains, membres des conseils diocésains, chefs d’établissement et adjoints en pastorale scolaire, tous y seront attendus. Au programme: 8h30: Accueil, puis prière d’ouverture 10h-11h: Table ronde : mise en perspective des actes synodaux par rapport à la société, l’Église et l’Évangile 11h30-14h30: Ateliers pour découvrir 1001 idées concrètes de mise en œuvre des actes synodaux. 14h45-16h15: Temps en secteur, mouvement, service pour construire ensemble nos plan d’action pour 2018-2019 : quels éléments du synode souhaitons-nous mettre en place en priorité ? 16h30: Célébration Clôture à 17h30




ADORATION

La Vie dans la Divine Volonté compte je dirais une infinité de privilèges et de grâces. Dans la mesure on nous faisons notre les connaissances de ce Royaume merveilleux, qui est déjà d’une certaine manière, le ciel sur la terre, notre vie est totalement transformée. Ce « Prodige des prodiges » de Vivre dans la Divine Volonté était réservé aux temps que nous vivons. Nous partageons dans l’adoration quelques- uns de ces privilèges puisés dans le Livre du Ciel.

Écrivez nous à: ladivinevolonte@gmail.com si vous désirez soutenir le ministère. Nous avons besoin de vos aides pour continuer et diffuser le message en France et dans le monde, notre mission aide aussi les enfants pauvres en Amérique latine à poursuivre leur scolarité. Merci Dieu vous bénisse.

Vous pouvez visiter notre site http://www.sainterosedelima.com




L’ESPRIT NOUS MET DEBOUT, ANNONCER ET ENSEIGNER, ÊTRE PROPHÈTE, NOTRE VOCATION À TOUS

Homélie du père Dominique: Dimanche 8 juillet 2018. Marc 6, 1-6

Si nous annonçons le Christ dans nos familles, lieux de travail, parmi les amis et ceux qui nous connaissent, si nous le proclamons vivant partout et à tous les hommes, nous serons certainement persécutés par certains, mais nous leurs dirons de grandes choses car nous l’aurons vraiment rencontrés. N’ayons pas peur il y a URGENCE!

Écrivez nous à:

ladivinevolonte@gmail.com si vous désirez soutenir le ministère. Nous avons besoin de vos aides pour continuer et diffuser le message en France et dans le monde, notre mission aide aussi les enfants pauvres en Amérique latine à poursuivre leur scolarité. Merci Dieu vous bénisse.
Vous pouvez visiter notre site

Bienvenue !

« LA FIN ULTIME DE TOUTE L’ÉCONOMIE DIVINE, C’EST L’ENTRÉE DES CRÉATURES DANS L’UNITÉ PARFAITE DE LA BIENHEUREUSE TRINITÉ »
CEC 260

www.sainterosedelima.com




LA ROCHELLE: SAMEDI 29 ET DIMANCHE 30 SEPTEMBRE

VIVRE DANS LA DIVINE VOLONTÉ AVEC LE PÈRE DOMINIQUE DUTEN ET LE FRÈRE EMIDIO MARIE UBALDI

bulletin d’inscription à télécharger

 




14ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE: Année : B St Marc 6 , 1-6

Évangile (Mc 6, 1-6)

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Commentaire du père Jean-Jacques:   Texte à télécharger

« Il se mit à enseigner

                  et de nombreux auditeurs sont frappés d’étonnement »

De retour chez lui, Jésus n’est pas accueilli en « enfant-prodigue ». Comme à Capharnaüm, on se pose des questions sur son style et sa personnalité : « quel est cet enseignement nouveau plein d’autorité ? » (1 ;27). Le prophète Ézéchiel avait connu le même échec : « Ils ont le cœur obstiné » (1°lecture). Ils ont le cœur fermé à la Parole et ne se laissent pas toucher. Ils ne voient en Lui que « le fils du charpentier, le fils de Marie ! ». Comme si ces modestes antécédents étaient incompatibles pour accueillir ce nouveau Prédicateur. Mais la toute-puissance du Père a voulu se révéler par l’humble fils de Joseph, l’habitant de Nazareth. 

 « Ils étaient profondément choqués à son sujet ». On ne se laisse pas facilement corriger par les siens. On résiste au changement et on le redoute car c’est le seul chemin pour faire bouger les esprits. On s’attache aux critiques et aux apparences qui nous trompent sur la personne, et nous ferment à son discours. 

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays », « Et Il s’étonna de leur manque de foi ». On aimerait que le message passe comme « une lettre à la poste ». On ne se résigne pas toujours à « cet échec apparent ». La foi n’est plus au rendez-vous.  On se demande même s’il ne faut pas modifier le message et le rendre plus accessible, ou davantage conforme aux mentalités locales. En voulant plaire à tous, on finit par déplaire à Dieu. La seule prédication de l’Évangile dans sa radicalité est capable de générer la foi qui guérit, car La foi vient de la prédication » (Rom 10 ;17). Nous avons soif de vérité et nous avons besoin d’entendre prêcher « la bonne nouvelle » du Christ qui remplit nos vies d’une espérance nouvelle. « Je suis venu pour la vie en abondance » (Jean 10 ;10) dit Jésus. Et nous sommes fatigués de discours tièdes qui nous font perdre l’envie et la joie. Retrouvons « la joie de l’Évangile » (Pape François) qui est la joie de la foi capable de transformer notre existence quotidienne. Suivons le Christ partout, où Il va, et nous deviendrons des passionnés de l’Amour. Il vient, Il enseigne, Il prie sur les malades et ils guérissent.

Voilà le témoignage d’une bonne nouvelle que le monde attend sans le savoir. Avec vous, je veux en être le témoin et le messager pour voir notre pays s’enflammer du feu de L’Esprit.

                                                                        Père Jean-Jacques Duten

 

 

 




DISCIPLES-MISSIONNAIRES: JEAN PIERRE RICARD LA RÉVOLUTION SILENCIEUSE, LE RENOUVEAU DES PAROISSES

Homélie de Monseigneur Ricard: Dimanche 1er Juillet:

Magnifique homélie du cardinal Jean Pierre Ricard qui visita notre paroisse de saint Ciers sur Gironde. Un encouragement pour les disciples missionnaires de notre diocèse de continuer à annoncer que le Christ est vivant et lui seul transforme le monde.

MERCI DE SOUTENIR LE MINISTÈRE

Écrivez nous à: ladivinevolonte@gmail.com si vous désirez soutenir le ministère. Nous avons besoin de vos aides pour continuer et diffuser le message en France et dans le monde, notre mission aide aussi les enfants pauvres en Amérique latine à poursuivre leur scolarité. Merci Dieu vous bénisse. Vous pouvez visiter notre site http://www.sainterosedelima.com




13ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE : Année B : Saint Marc 5, 21-43

Évangile (Mc  5, 21-43)

En ce temps-là, Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord de la mer. Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans… – elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré – … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait en effet : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondirent : « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : “Qui m’a touché ?” » Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela. Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Jésus lui dit alors : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue, pour dire à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec lui ; puis il pénètre là où reposait l’enfant. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher – elle avait en effet douze ans. Ils furent frappés d’une grande stupeur. Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit de la faire manger.

Commentaire du père Jean-Jacques:         Texte à télécharger

 

« Jésus partit avec lui, et la foule l’écrasait »

L’évangéliste nous présente le récit de deux guérisons miraculeuses que Jésus accomplit en faveur de deux femmes : La fille d’un chef de synagogue nommé Jaire, et une femme qui souffrait d’hémorragie. Deux situations désespérées qui vont nous montrer la puissance d’amour du Christ comme réponse à la Foi courageuse de ces personnes.  

« Jésus est venu pour guérir le cœur de l’homme, pour donner le salut et encourager la foi en Lui ». (Benoît XVI, Angélus, 2012). Il se fait pauvre à cause de nous pour nous enrichir de Sa pauvreté (2° lecture).

« Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix et sois guérie de ton infirmité ». Pour participer à cette puissance de guérison, il y a une seule condition, y croire. Jésus s’efface humblement devant « la Foi » de ceux qui l’implorent et qui le cherchent sincèrement. « Si je parviens à le toucher (..), je serais sauvée ». La foi met en mouvement et mobilise tout notre être. Elle chasse cette peur stérile que nous avons tous. Elle est courageuse comme cette femme qui se libère de « sa honte » pour toucher Jésus. Elle obtient tout.

 « Ne crains pas, crois seulement » ; rien de plus, et rien de moins. Ta foi au Christ ne s’encombre de rien. Il peut tout obtenir pour toi. Crois, cela te suffit. 

« Je te le dis lève-toi » ! ce qui veut dire : « Réveille-toi, ressuscite ! ». Et elle se lève et se met à marcher, car sur elle agit le pouvoir de Celui qui possède « la vie éternelle ». A peine réveillée, elle est déjà en marche pour témoigner du miracle de la vie sur la mort.

 C’est déjà un avant-goût de notre résurrection et nous pouvons  entendre la parole du Christ qui nous dit : « réveille-toi ! marche ! et vas au-devant de tes frères qui sont eux-aussi endormis par la mort ».

 Comme la fin de la nuit qui annonce l’aurore, tenons-nous prêts pour accueillir « la lumière qui vient briller dans les ténèbres » (1 Jn 1 ;5). Réveillons-nous car trop de désillusions et de respect humain ont endormi notre foi.   

« Eveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera » (Eph 5 ;14). Entonnons ce vieux cantique pour que l’Esprit nous remplisse de sa Joie. 

                                                                                                Père Jean-Jacques Duten

 




SOIS LA VOIX QUI CRIE!

Homélie du père Dominique: Solennité de la nativité de Saint Jean Baptiste